FANDOM


Gazoryctra hyperboreus
Gazoryctra hyperboreus
G. hyperboreus. Photo: Biodiversity Institute of Ontario
Taxonomie
Règne Animalia
Embranchement Arthropoda
Sous-embranchement Hexapoda
Classe Insecta
Ordre Lepidoptera
Super-famille Hepialoidea
Famille Hepialidae
Genre Gazoryctra
Espèce G. hyperboreus
(Möschler, 1862)
Taxons inférieurs
Statut de conservation

Gazoryctra hyperboreus (Hodges #0023), aussi connue en français sous le nom d'hépiale nordique, est une espèce d'insecte lépidoptère de la famille des Hepialidae.

L'espèce est réputée très rare[1].

SynonymesModifier

Techniquement, si les règles de conjugaison latines sont appliquées, le nom de l'espèce devrait plutôt être Gazoryctra hyperborea.

HabitatModifier

Cette espèce préfère les milieux humides et herbeux, comme les tourbières et les berges de lacs entourés de forêts de conifères.

MorphologieModifier

ImagoModifier

ImmaturesModifier

Dimorphisme sexuelModifier

Cycle vitalModifier

AlimentationModifier

La ou les plante(s)-hôte(s) de cette espèce sont encore inconnue(s)[2].

ComportementsModifier

Caractères spécifiques et distinction d'espèces semblablesModifier

Répartition de l'espèceModifier

Veuillez noter que cette section est en continuelle évolution à mesure que des données sont recueillies et que la distribution affichée dans la présente section ne représente probablement qu'une partie de l'aire de distribution totale de l'espèce. Pour plus de détails sur le fonctionnement des cartes de distribution, voir la page spéciale Arthropédie:Cartes de distribution.

Québec2
Red pog.svg
Red pog.svg
Red pog.svg
Red pog.svg
Red pog.svg
Red pog.svg
Red pog.svg
Red pog.svg
Red pog.svg
Red pog.svg
Aire de répartition de Gazoryctra hyperboreus au Québec


RéférencesModifier

  1. Savard, M. 2010. Moeurs crépusculaires de l'hépiale nordique (Gazoryctra hyperborea) au sommet du mont Valin, Québec. Le Naturaliste canadien, 134 no. 2, pp. 27-34
  2. Handfield, L. et al., 2011. Le Guide des papillons du Québec, version scientifique partie 1. Éditions Broquet, 1200 pp.
  3. Handfield et al., 2011
  4. Handfield et al., 2011
  5. Handfield et al., 2011
  6. Handfield et al., 2011
  7. Handfield et al., 2011
  8. Handfield et al., 2011
  9. Handfield et al., 2011
  10. Handfield et al., 2011
  11. Handfield et al., 2011
  12. Handfield et al., 2011

Sauf mention contraire, le contenu de la communauté est disponible sous licence CC-BY-SA .