FANDOM


Papilio canadensis
Papilio canadensis
P. canadensis
Taxonomie
Règne Animalia
Embranchement Arthropoda
Sous-embranchement Hexapoda
Classe Insecta
Super-ordre Panorpida
Ordre Lepidoptera
Sous-ordre Heteroneura
Infra-ordre Ditrysia
Super-famille Papilionoidea
Famille Papilionidae
Sous-famille Papilioninae
Genre Papilio
Espèce P. canadensis
Rothschild & Jordan, 1906
Taxons inférieurs
Aucune sous-espèce
Statut de conservation

Papilio canadensis (Hodges #4176,1), connu sous le nom vernaculaire de papillon tigré du Canada, est une espèce abondante d'insecte lépidoptère de la famille des Papilionidae. Jadis considéré comme étant une sous-espèce de Papilio glaucus, un papillon aux couleurs et motifs assez semblables commun dans l'est des États-Unis, il a acquis le statut d'espèce en 1991 après des études morphologiques et génétiques.

Pterourus canadensis est un nom synonyme, utilisé par certains auteurs qui séparent cette espèce et quelques autres du genre Papilio. Pterourus est accepté comme sous-genre de Papilio.


HabitatModifier

Le papillon tigré du Canada affectionne les boisés clairsemés et les milieux adjacents, du sud de la province jusqu'à Schefferville; il vole jusqu'à la limite des arbres au nord de son aire de répartition[1].

MorphologieModifier

ImagoModifier

Papilio canadensis est un grand papillon d'une envergure de 53 à 90 millimètres, dont les ailes sont jaunes, marquées de motifs parallèles noirs lui conférant un aspect tigré, d'où son nom. Le bord des ailes antérieures et postérieures présente une bordure noire, suivie d'une bordure jaune découpée par les traits noirs marquant les nervures principales des ailes, donnant ainsi un aspect pointillé à cette bande. Vient ensuite une autre bande noire, plus épaisse que les deux précédentes mises ensemble. Après cette bande noire, sur les ailes postérieures, près de l'extrémité postérieure de ces ailes, portant des "queues" caractéristiques des Papilionidae, se trouve quelques taches bleues, alignées parallèlement à la large bande noire. Il peut y avoir des taches oranges. On trouve aussi parfois de rares spécimen semi-mélaniques, parfois presque tout noirs[2].

Le corps est velu, noir, et porte deux bandes jaunes plus ou moins clairement définies sur le thorax, près de la jonction des ailes avec le corps.

ImmaturesModifier

Les chenilles se présentent, sous leur forme immature, comme étant brunes et blanches, semblables à des fientes d'oiseau. En maturant, elles deviennent de grosses chenilles vertes foncées avec une portion gonflée derrière la tête portant deux taches jaunes, centrées de bleu et au-dessus de laquelle se trouvent deux petits traits noirs, donnant l'apparence d'yeux; vue de profil, la chenille a une allure de serpent.

Dimorphisme sexuelModifier

Cycle vitalModifier

Un univoltin, P. canadensis s'observe comme adulte de mai à juillet, après quoi il faut plutôt rechercher ses chenilles. L'animal passe l'hiver sous forme de pupe, et en émerge comme adulte au printemps.

AlimentationModifier

Les larves, contrairement à tant d'autres, ne sont pas des spécialistes strictes; aussi se nourissent-elles du plusieurs plantes, dont les saules, les cerisiers, les peupliers et les frênes.

ComportementsModifier

800px-Papilio canadensis PJC

Groupe de P. canadensis regroupés sur une portion de terre humide au Parc National de la Jacques-Cartier.

Comme beaucoup d'autres papillons, Papilio canadensis est attiré par les milieux boueux, où ils se rassemblent en attroupements comptant parfois plusieurs centaines d'individus se disputant entre eux les meilleures positions. Ce comportement leur permet d'acquérir des nutriments et des acides aminés[3].

Caractères spécifiques et distinction d'espèces semblablesModifier

Dans la majeure partie du Québec, le papillon tigré du Canada n'a aucune espèce apparentée lui ressemblant, rendant son identification très aisée et exempte de doutes. Seul Papilio machaon peut être confondu avec lui, la sous-espèce hudsonianus de ce dernier fréquentant l'extrême nord-ouest de la province. P. machaon n'a pas l'aspect tigré de P. canadensis, la partie supérieure de ses ailes antérieures étant noire là où on observe des rayures chez P. canadensis.

Par contre, en d'autres parties de son aire de répartition, il ressemble énormément à plusieurs autres espèces de papilionidés, comme le papillon glauque (P. glaucus), P. appalachiensis, P. eurymedon, P. multicaudatus ou P. rutulus par exemple.

La principale différence anatomique entre P. glaucus et P. canadensis réside dans la bande noire marquant la bande anale des ailes antérieures. Cette bande est plus épaisse chez P. canadensis que chez P. glaucus. En outre, la comparaison de spécimen des deux espèces permet de constater la plus grande taille de P. glaucus.

Répartition de l'espèceModifier

Veuillez noter que cette section est en continuelle évolution à mesure que des données sont recueillies et que la distribution affichée dans la présente section ne représente probablement qu'une partie de l'aire de distribution totale de l'espèce. Pour plus de détails sur le fonctionnement des cartes de distribution, voir la page spéciale Arthropédie:Cartes de distribution.

Québec2
Red pog.svg
Red pog.svg
Red pog.svg
Red pog.svg
Red pog.svg
Aire de répartition de Papilio canadensis au Québec


Références et sourcesModifier

Profil du papillon tigré du Canada au CBIF

  1. http://www.cbif.gc.ca/spp_pages/butterflies/species/CanadianTigerSwallowtail_f.php
  2. http://www.cbif.gc.ca/spp_pages/butterflies/species/CanadianTigerSwallowtail_f.php
  3. Otis, G.W., Locke, B., McKenzie, N.G., Cheung, D., MacLeod, E., Careless, P. and Kwoon, A. 2006. Local Enhancement in Mud-Puddling Swallowtail Butterflies (Battus philenor and Papilio glaucus). Journal of Insect Behavior. vol. 19, Number 6, pp. 685-698

Sauf mention contraire, le contenu de la communauté est disponible sous licence CC-BY-SA  .