FANDOM


Urocerus flavicornis
Urocerus gigas flavicornis
Urocerus flavicornis ♀. Photo par Edward H. Holsten, USDA Forest Service, Bugwood.org
Taxonomie
Règne Animalia
Embranchement Arthropoda
Sous-embranchement Hexapoda
Classe Insecta
Sous-classe Pterygota
Infra-classe Neoptera
Super-ordre Hymenopterida
Ordre Hymenoptera
Sous-ordre Symphyta
Super-famille Siricoidea
Famille Siricidae
Genre Urocerus
Espèce Urocerus flavicornis
Linnaeus, 1758
Taxons inférieurs
Statut de conservation
NE

Urocerus flavicornis, connue en français sous les noms d'urocère à cornes jaunes ou de sirex géant, est une espèce d'Hymenoptera de la famille des Siricidae.

Lors de la description de l'espèce par Linnée en 1758, ce dernier a de façon erronée classifié l'espèce dans le genre Ichneumon. Il s'est ravisé 3 ans plus tard en le rangeant plutôt dans le beaucoup plus plausible genre Sirex. La classification dans le genre Urocerus est due à Geoffroy en 1785[1]. Jusqu'en 2012, U. flavicornis était considérée une sous-espèce d'Urocerus gigas.[2]

HabitatModifier

U. flavicornis vit en milieu forestier.

MorphologieModifier

ImagoModifier

L'adulte mesure de 10 à 40 millimètres de long, selon le sexe; les mâles demeurent en effet plus petits que les femelles (de 10 à 30 mm pour les mâles contre 15 à 40 pour les femelles). Cette taille exclut l'oviscapte. Les antennes sont filiformes et jaunes. Il y a une grosse tache jaune derrière chaque œil, qui lui est de couleur noire, comme le reste de la tête de l'animal.

Les deux premiers segments des pattes sont noirs, jusqu'à l'extrémité du fémur, qui est jaune; à partir de là, le reste de la patte est jaune. Les tibias de la première paire de pattes portent une seule épine apicale. Le thorax est entièrement noir, à l'exception de deux petits points jaunes situés juste après le pronotum.

L'abdomen se présente comme généralement noir chez U. flavicornis, avec le deuxième, le septième et le début du huitième segments abdominaux jaunes. Il se termine par une sorte de corne, de laquelle dérive le nom anglais de horntail attribué aux Siricidae, laquelle est jaune.

ImmaturesModifier

U. gigas flavicornis larva

Larve d' U. flavicornis. Edward H. Holsten, USDA Forest Service, Bugwood.org

La larve est blanche et ressemble à une chenille de lépidoptère, quoiqu'avec une tête mieux développée, pouvant mesurer 4 ou 5 centimètres au maximum, possiblement moins dans nos régions. La larve n'est jamais visible, sauf si l'on découpe un conifère en morceaux, auquel cas on peut potentiellement voir la larve dans les galeries qu'elle aura creusé dans le bois. La larve porte une courte épine de couleur sombre au bout de l'abdomen.

Dimorphisme sexuelModifier

Mâle et femelle portent une corne au bout de l'abdomen, mais les femelles portent deux minces structures additionnelles: celle la plus basse est l'ovipositeur, qui sert à la ponte des oeufs. Le mâle est en outre généralement plus petit que la femelle.

Cycle vitalModifier

La femelle mature recherche des conifères morts ou malades dans lesquels elle pond jusqu'à 500 oeufs, par petits groupes d'une dizaine[3]. Ces oeufs viennent accompagnés de spores d'un mycète (champignon), Amylostereum chailletii (aussi connu sous le nom de Stereum chailletii), lequel est nécéssaire à la larve pour son développement; les larves ne survivent pas jusqu'à leur second stade larvaire en absence de ce champignon[4]. Cette relation de symbiose entre les deux êtres est profitable aux deux: le champignon est aisément dispersé par U. flavicornis (et bon nombre d'autres mouches à scie d'ailleurs), tandis que la survie des larves est garantie par le fait que les champignons dessèchent et font pourrir le bois de l'arbre hôte, facilitant ainsi l'accès à la larve aux nutriments et enzymes qui lui sont nécessaires, tout en lui fournissant un environnement adéquat[5].

Les adultes fraîchement émergés ne pondent pas de nouveau dans l'arbre qui les a hébergé au cours de leur vie larvaire; ils en recherchent plutôt un nouveau, présentant les même signes d'affaiblissement, ou de mort. Ainsi cet insecte ne devrait-il pas normalement être considéré nuisible, puisqu'il participe activement à la décomposition des arbres et au processus de renouvellement des forêts. Malheureusement, il ne fait pas de distinction entre les arbres de forêts non-exploitées commercialement et ceux des forêts exploitées. Les femelles peuvent ainsi pondre aussi dans le bois fraîchement coupé, voire dans les charpentes, ce qui en diminue la valeur commerciale et donne à l'insecte et aux espèces apparentées une réputation de ravageur. Néanmoins, l'impact économique d'U. flavicornis est négligeable, et les divers organismes de contrôle s'inquiètent d'avantage de l'arrivée potentielle d'espèces exotiques pouvant compétitionner avec U. flavicornis que de cette espèce elle-même[6].

AlimentationModifier

L'adulte ne se nourrit pas. Il a une espérance de vie suffisante pour se reproduire et pondre des œufs, après quoi il meurt. La larve quant à elle, selon les conditions, passe de 1 à 3 ans , voire jusqu'a 6 ans dans des très mauvaises conditions, à se nourrir dans diverses espèces de conifères des genres Abies (sapins), Chamaecyparis (cyprès), Larix (mélèzes), Picea (épinettes), Pinus (pins), Pseudotsuga (sapin de Douglas)[7] et Thuja (thuyas)[8].

ComportementsModifier

Caractères spécifiques et distinction d'espèces semblablesModifier

On trouve au moins deux autres espèces d' Urocerus au Québec[9], Urocerus albicornis et Urocerus cressoni. U. flavicornis se distingue d'U. albicornis par ses pattes et antennes entièrement jaunes; U. albicornis n'a que deux bandes jaunes sur chaque patte et le bout des antennes noires.

U. cressoni a quant à lui l'abdomen totalement ou partiellement rouge, ce qui le distingue aisément des deux autres.

Sous-espècesModifier

Aucune.

PrédateursModifier

Comme la plupart des xylophages, U. flavicornis est une cible potentielle, à l'état larvaire, d'hyménoptères parasitoïdes, telles les rhysses.

U. flavicornis (et ses parasitoïdes) est en outre sujet potentiel de parasitisme par des nématodes.

Répartition de l'espèceModifier

Veuillez noter que cette section est en continuelle évolution à mesure que des données sont recueillies et que la distribution affichée dans la présente section ne représente probablement qu'une partie de l'aire de distribution totale de l'espèce. Pour plus de détails sur le fonctionnement des cartes de distribution, voir la page spéciale Entomoquébec:Cartes de distribution.

Québec2
Red pog.svg
Aire de répartition d'Urocerus flavicornis au Québec


RéférencesModifier

  1. http://www.aphis.usda.gov/plant_health/plant_pest_info/pest_detection/downloads/pra/ugigaspra.pdf
  2. Schiff, N.M., Goulet, H., Smith, D.R., Boudreault, C., Wilson, A.D., and Scheffler, B.E. 2012. Canadian Journal of Arthropod Identification No. 21: 305 pp.
  3. http://www.lesinsectesduquebec.com/
  4. Stillwell, M.A. 1966. Woodwasps (Siricidae) in Conifers and the Associated Fungus, Stereum chailletii, in Eastern Canada. Forest Science, Volume 12, Number 1, 1 March 1966 , pp. 121-128
  5. Slippers, B., Coutinho, T.A., Wingfield, B.D., Wingfield, M.J. 2003. A review of the genus Amylostereum and its association with woodwasps. South African Journal of Science 99, January/February 2003 Review Article
  6. http://spfnic.fs.fed.us/exfor/data/pestreports.cfm?pestidval=24&langdisplay=english
  7. Browne, F. G. 1968. Pests and diseases of forest plantation trees. Clarendon Press, Oxford. in http://spfnic.fs.fed.us/exfor/data/pestreports.cfm?pestidval=24&langdisplay=english
  8. http://cjai.biologicalsurvey.ca/sgsbws_21/Siricidae/HTML/planthosts.html
  9. http://www.mrn.gouv.qc.ca/publications/forets/fimaq/collections/liste-hymenopteres.pdf

Sauf mention contraire, le contenu de la communauté est disponible sous licence CC-BY-SA .